Accueil > CAF Ubaye > Les Pionniers

L'ère des pionniers


Le CAF venait d'être créé il y avait à peine un an et Francois Arnaud, qui devait pressentir tout l 'intérêt que l'alpinisme pouvait procurer à sa chère vallée lance un vibrant appel aux « Marseillais qui meurent de chaleur pendant l'été » pour qu'ils viennent en Ubaye vaincre les cimes vierges.
« ..Ce n'est que le 20 juillet 1878 que deux habitants de Fouillouse, Paul Agnel et Joseph Risoul, parvinrent au sommet (du Brec de Chambeyron). Victor de Cessole rappelle que cette victoire des hommes de Fouillouse résulte d'un procédé nouveau en alpinisme, utilisé par la section CAF de Barcelonnette qui promit une prime de 200 Francs à celui qui parviendrait à dompter le sommet.... »

« ...Il était temps en effet, le révérend W.A.B Coolidge, accompagné de ses deux guides, Almer père et fils, arrivait en Ubaye l'année suivante, en juillet 1879. En moins d'une semaine il réussit les courses suivantes:

L'ascension de La Font Sancte (3387m) par une voie nouvelle.

La première ascension de la Pointe Haute de Mary (3212m)

La première ascension de la Pointe Basse de Mary (3129 m).

L'ascension du Grand Rubren ( 3341m).

La première ascension de l'aiguille de Chambeyron ( 3410m).

L'ascension du Brec de Chambeyron (3388m) en 9 heures aller et retour depuis Fouillouse.

« Jamais campagne n'avait été plus rapide, plus brillante, plus décisive » dira quatre ans plus tard, en 1883, James Nerot qui, accompagné de Joseph Risoul comme porteur, fera l'ascension du Brec ( où il retrouve la carte de Coolidge dans une bouteille de champagne) et de l'aiguille de Chambeyron (où la carte de l'anglo-saxon était cette fois dans une boite de conserve vide)... »

« ...Le siècle est près de sa fin, notre vallée est toujours inédite. En 1901 un autre grand alpiniste, le chevalier Victor de Cessole, s'intéressa à l'Ubaye comme prolongation du pays niçois d'où il était originaire et où il avait escaladé tous les sommets. Lui aussi constate que l'Ubaye est loin de tout:
« Bien que toutes les cimes de l'Ubaye offrent des buts d'ascension de premier ordre, elles ne sont pas encore rentrées d'une façon générale dans le domaine de l'alpinisme... »

« ...En Ubaye comme ailleurs dans les Alpes, l'alpinisme doit beaucoup aux militaires qui ont été les premiers à communiquer des relations de courses très techniques au CAF... »  

« Le 16 août 1891 avait lieu l'accident qui devait coûter la vie au lieutenant Bujon... »Sa grande famille ne devait cependant pas l'oublier puisque Victor de Cessole rapporte que le 28ème bataillon de chasseurs prit plus tard l'initiative d'ériger une croix  commémorative au milieu du cirque de Chambeyron, sur une éminence rocheuse à côté du lac Long,à environ 2800m d'altitude,en face du couloir de glace où la chute s'était accomplie....

Ce drame jeta sur le brec de Chambeyron un fâcheux discrédit, il n'y eu plus d'ascension avant septembre 1896.

« Le 27 juillet 1905, MM André, Bellon et  Signoret, curé de Fouillouse, de Serennes et de Maurin, MM  Hellion et le guide  Meyran ont porté et solidement boulonné, au sommet du Brec, une grande croix de bois ». C'est peut être ce qui enhardit la première femme à y monter !

En effet, le 21 août de la même année, Madame Blazer y accompagnait son mari et cinq autres militaires. Toujours au sujet du Brec, il faut signaler l'ascension par le versant méridional par Victor de Cessole, le 4 août 1912, et la première de la face ouest par Jean Coste et Charles Chavanet le 5 août 1925.

Pour l' Aiguille de Chambeyron, après l' ascension de James Nerot en 1883, il semble qu' il n 'y ait eu aucune autre escalade pendant les dix ans qui suivirent. Seule nous a été rapportée en effet l' ascension de 1893 de Gastaldi et  Perotti venus d' Italie. Nous trouvons ensuite les différentes campagnes des frères Vernet (1895-1897-1898), celle de Victor de Cessole (1898). La face nord fut vaincue le 11 juillet 1925 par Jean Coste et Paul Guilleret.

A suivre: Essor de l'escalade